#OnParleExpat : Catherine Vidal nous parle de son expatriation au Canada

Publié le: 26-03-2021
Catherine-Vidal-expatriation-Canada

1/ Bonjour Catherine, vous avez vécu pendant plusieurs années au Canada; Comment est née cette envie d’ailleurs ?

Mon mari était parti au Canada pour son service national, je l’avais rejoint et nous souhaitions faire partager cette expérience à nos trois enfants. La famille s’est lancée dans cette première expatriation au Canada. Je voyais là une opportunité unique pour nos enfants et me disais que ce serait l’occasion de découvrir une autre culture et d’apprendre l’anglais.

 

2/ Dans quelles mesures cette expatriation vous a-t-elle permis de grandir professionnellement ?

Cette expérience a d’abord été un grand chamboulement. L’arrivée en Amérique du nord a changé tous nos repères : la langue, la culture, la nourriture, les soins, tout était différent et cela nous a demandé beaucoup d’énergie au départ pour comprendre et faire l’ensemble des démarches administratives ! Il nous a fallu accepter d’être immigrants et de ne pas avoir les « codes » ! Une fois cette « installation » faite, notre expatriation a été riche aussi bien d’un point de vue personnel que professionnel, mais aussi culturel pour l’ensemble des membres de la famille.

3/ Le Canada est connu pour être un pays accueillant. Pouvez-vous nous dire ce qui vous a séduit ?

Avec le recul je peux dire que c’est l’expérience dans son ensemble qui a été extraordinaire. Tant est si vrai que nos 3 enfants sont restés sur le continent nord-américain ! Partir avec des enfants de moins de 10 ans est apparu assez facile, puisqu’ils étaient adaptables et ne mesuraient pas ce qui les attendait. Au début, le plus difficile était de ne pas pouvoir communiquer avec les gens. Heureusement, au Canada comme aux États Unis, des cours de seconde langue sont offerts aux enfants et rapidement, leurs cerveaux étant des éponges, ils apprirent et purent communiquer sans problème.

4/ Certaines personnes peuvent être indécises et n’osent pas sauter le pas. Vous leurs diriez tout de même de tenter l’aventure Holiworking ?

La solution Holiworking est vraiment super, surtout pour les familles, cela pouvant représenter un réel défi. En ce sens, elle rassurera les parents. C’est d’autant plus vrai pour un séjour « court », car le temps alloué aux formalités étant incompressible, avoir plus de temps à consacrer à sa famille pour vivre pleinement cette expatriation, est primordial. Par ailleurs, l’accompagnement qui permet un retour serein en France est une vraie plus-value. Et qui sait, une expatriation Holiworking peut en appeler d’autres, n’est-ce-pas ? Je prends le pari que certains attraperont le virus !

Merci Catherine pour ce témoignage positif ! 

#canada #expatriation #explorer #DeveloppementPersonnel #famille

Catherine-Vidal-expatriation-Canada

A découvrir aussi

Publié le: 12-03-2021

#OnParleExpat : Wafa Oubella nous parle de son expatriation aux États-Unis

Publié le: 05-03-2021

#OnParleExpat : Juliette Renaud nous parle de son expatriation en Afrique du Sud

Publié le: 26-02-2021

#OnParleExpat : Laure Colin nous parle de son expatriation en Nouvelle-Zélande


© 2021 - Tous droits réservés Mentions légales Politique de confidentialité