Le tourisme lent : une autre façon de voyager !

Publié le: 13-10-2021

Prenant le contre-pied d’un tourisme low-cost qui fait la part belle à la multiplication des voyages, le tourisme lent, également appelé slow tourisme, illustre l’art de voyager en prenant son temps, en s'imprégnant pleinement de la richesse des écosystèmes (nature et patrimoine), le tout en privilégiant les rencontres, avec pour souci le respect des territoires et de leurs habitants.

Au programme, fini les visites au pas de course, place à la détente et au repos ! Le concept est simple : déconnecter, se laisser aller et profiter de l’expérience sans planning strict.

 

1/ Le tourisme lent : un tourisme alternatif en vogue

S’il existe depuis une vingtaine d’années, le tourisme lent a renforcé sa présence dans le paysage touristique au cours des dernières années, sortant d’une certaine confidentialité. Son caractère alternatif répond au besoin grandissant de déconnexion, avec pour objectif d’atteindre un état de pleine conscience. Il invite à ralentir, à voyager autrement, privilégier la qualité à la quantité, le mieux au plus, la profondeur à la superficialité.   

En conséquence, beaucoup de territoires offrent aujourd’hui une place de choix au tourisme lent, leur permettant de façonner une identité en adéquation avec une demande/besoin croissant d’écoresponsabilité.

Surfant sur cette tendance, les acteurs institutionnels du tourisme (CRT, CDT, OT) jouent un rôle important de promotion, en fédérant les acteurs du secteur et créant un écosystème solide de « slow culture ».

 

2/ Le tourisme lent : une forme de tourisme durable

Mobilités douces, authenticité des terroirs, rencontres avec les habitants, saveurs gastronomiques, paysages variés sont au programme. Le slow tourisme s’articule ainsi autour de certains fondamentaux :

  • Attention à la gestion du temps pour faciliter le ressourcement
  • Valorisation de la sobriété
  • Promotion des mobilités douces
  • Respect de la biodiversité et des patrimoines locaux
  • Ouverture aux populations locales et des territoires
  • Encouragement à contribuer de manière active à l’écosystème local
  • Accueil bienveillant, articulée autour de rencontres et du partage
  • Immersion, initiation et découverte au cœur de l’expérience
  • Attention à la personnalisation de l’expérience

Le tourisme lent s’inscrit ainsi pleinement dans une démarche globale de respect de l’environnement et de volonté de « mieux consommer », toujours au profit des territoires et de leurs populations.

 

3/ Le tourisme lent : une offre cousue main ?

Le tourisme lent cultive son opposition au tourisme de masse jusque dans la structuration de son offre. Là où le « all-inclusive » est roi, il fait la part belle à l’offre cousue main, pour mieux s’adapter aux envies de clients plus exigeants et à la recherche d’une réelle authenticité. Les acteurs du secteur l’ont bien compris et fonctionnent en réseau, de manière à pouvoir sélectionner à bon escient les partenaires présents sur les territoires.

Cette offre à la carte, modulable, adaptable, personnalisable, accessible (physiquement et commercialement) s’adapte au mieux à un marché en constante évolution.

Pour vivre cette expérience, contacte-nous

#SlowTourisme #TakeYourTime #SlowLife


A découvrir aussi

21-09-2023

Recrutement en télétravail : Comment réussir à identifier et attirer les meilleurs talents à distance ?

12-09-2023

Interview d'Amélie, Holicoach à Salvador de Bahia

06-09-2023

Qu’en est-il de la sécurité sociale à l’étranger ?


© 2023 - Tous droits réservés Mentions légales Politique de confidentialité